Restauration de mares forestières - Haute-Amance (52)

Deux projets en un

Faisant partie intégrante du projet du Val de Presle, un projet de restauration de huits mares forestières a été entrepris. Trois d’entre elles ont été restauré en Novembre 2022 et les cinq dernières en juillet 2023.
L’ensemble des 8 mares sont situés sur la commune de Haute-Amance. 

Les travaux entrepris

Tout d’abord, ils sont effectués à une période où la faune et la flore sont moins sujets à souffrir de l’intervention humaine, c’est-à-dire hors de la période de reproduction des amphibiens, mais aussi des insectes (libellules, …) et de la flore. Les outils pour procéder à ces travaux sont adaptés aux milieux humides pour un minimum d’impact. 

Le but des travaux est de créer un maximum d’habitat différent au sein de la forêt, ainsi en fonction des mares les travaux réalisés ont pu être différents. 

Néanmoins, dans l’ensemble une réouverture des milieux à l’ensoleillement était essentielle afin de favoriser le développement de la végétation aquatique et de limiter l’apport en matière organique en leur sein. 

Également pour la plupart des mares, le retrait de vase qui amenait à la fermeture des milieux a été réalisé à différentes échelles sur les mares

Sur certaines, l’enlèvement d’une végétation arbustive a été fait tandis que ce type de végétation a été maintenu sur d’autres. Il en est de même pour les herbiers qui parfois ont été supprimés et parfois supprimés. 

Grande mare forestière
Grande mare forestière avec un herbier

Pourquoi travailler sur des mares ?

Les mares forment des réservoirs de biodiversité conséquents, ce sont des lieux d’abreuvement pour la faune, des secteurs de reproduction et de ponte. Ce qui en font des hauts lieux de vie pour certaines espèces.
Elles rendent des services écosystémiques aux Hommes : elles conservent de l’eau en leur sein et le sol qui les entoure. En période estivale, cette eau est restituée et peut servir pour l’abreuvement du bétail ou pour éviter des sécheresses sur certains milieux exploités.

Elles permettent aussi l’épuration de certains polluants et ont un aspect paysager indéniable !

Sans l’intervention humaine, une mare est amenée à se comblée de matière organique. Ce comblement induit une disparition progressive des mares. Afin de préserver leur existence, il est nécessaire de réaliser des travaux de réouverture de ces milieux. 

Un projet aidé !

C’est pour un total de 25 900€ HT, avec l’aide de plusieurs partenaires que ce projet a pu voir le jour.  L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse a subventionné le projet à hauteur de 70%. 
Le Syndicat Mixte des Six Rivières a financé le projet à hauteur de 20%.
Le Département de la Haute-Marne a subventionné le projet à hauteur de 10%.

L’ONF a participé au projet en temps que maitre d’œuvre, l’entreprise en charge des travaux était Entrin’52. 

 

Bilan de l’opération

Les 8 mares n’appartiennent pas toute au même réseau de fonctionnement. Les trois premières font partie d’un même réseau tandis que les cinq restaurés en 2023 font partie d’un autre réseau. 

Pour ce qui est des 3 premières a avoir été restaurés, la hauteur d’eau a considérablement augmenté, même durant la période estivale. Les mares présentes différentes hauteur d’eau permettant à un maximum d’espèce de venir y vivre. Ci-dessous 2 des 3 mares avant et après travaux. (Les photos ont été réalisé par Nicolas Malèvre de l’ONF). 

Mare forestière avec un herbier et une petite surface en eau
Mare forestière avec une grande surface en eau et un petit herbier
Mare forestière avec une importante saulaie
La mare présente une grande surface en eau suite à des travaux

Avant travaux

Après travaux

Photos Nicolas MALEVRE (ONF)